Soutenez les grands programmes d’innovation de l’Institut Curie

Elsa Oliveira
19/05/2020
Partager
Vos dons défiscalisés contribuent au financement de grands projets d'innovation face au cancer.
equipe recherche Huang Meng Er Hatem-Elie

Se doter d'une caméra grand angle pour traiter le cancer de l'oeil de l'enfant

Le rétinoblastome – qui fait partie des tumeurs les plus courantes chez l’enfant – se soigne bien s’il est pris en charge à temps. Pour le diagnostiquer, le traiter et le surveiller, il est essentiel d’imager le fond de l’œil des jeunes patients. L’Institut Curie, centre de référence sur les tumeurs pédiatriques, veut donc compléter son parc d’équipements en imagerie de pointe. La caméra numérique grand angle ultra précise qu’il souhaite acquérir sera capable de détecter de toutes petites tumeurs même sur des bébés dès les premiers jours de leur vie. Il est essentiel d’imager le fond de l’œil des jeunes patients pour voir avec précision l’atteinte de chaque œil. La comparaison entre deux images est parfois le seul moyen d’observer une évolutivité.

En tant que centre de référence, l’Institut Curie génère chaque année un très grand nombre d’images sur ce cancer. Ces images sont essentielles, dans le traitement individuel des enfants (du diagnostic au suivi du traitement) mais également pour approfondir nos connaissances de cette maladie et pour la formation des équipes soignantes.

Coût de la caméra : 93 600 €

Utiliser les data pour comprendre et éviter les récidives

Florence Cavalli étudie les cancers du cerveau de type gliome chez l’adulte. Pour ces cancers, les tumeurs
reviennent, parfois après plusieurs années. L’objectif est de mieux connaître la composition de ces tumeurs
récidivantes, « dites secondaires » pour comprendre pourquoi elles résistent aux traitements.
Son équipe de recherche étudie l’hétérogénéité de ces tumeurs secondaires en analysant leurs données de
séquençage à cellule unique. D’un autre côté, son projet est de comparer les tumeurs primaires et les tumeurs secondaires. L’objectif est de savoir quelles cellules se retrouvent dans les deux tumeurs pour pouvoir ensuite s’attaquer précisément à  ces cellules dans la tumeur primaire pour éviter le retour
de la tumeur après traitement.

Dans le cadre du projet de recherche, Florence Cavalli et son équipe vont s’appuyer sur des données déjà existantes mais surtout en générer de nouvelles. L’analyse du séquençage à cellule unique produit énormément de données, pour chaque cellule de la tumeur. Cette analyse est essentielle pour comprendre le fonctionnement des tumeurs.

Coût annuel de l'équipe : 520 000 €

Développer les recherches en radiothérapie

Née des découvertes de Marie Curie, la radiothérapie n’a cessé de bénéficier de progrès technologiques. Deux Français sur trois souffrant d’un cancer sont traités par radiothérapie. Bien qu’elle soit de plus en plus précise, il reste encore de nombreux défis à relever pour en augmenter l’efficacité tout en limitant son impact sur les tissus sains.

Pour améliorer ce traitement, la recherche est plus que jamais d’actualité et doit notamment faire face à deux enjeux de taille : la résistance de certaines tumeurs qui sont insensibles au traitement et des effets secondaires à long terme qui limitent son utilisation. À cause du risque d’effets secondaires, il est parfois difficile d’augmenter les doses pour que la radiothérapie soit plus efficace.

Youlia Kirova

 

Hier encore nous étions principalement
préoccupés par la guérison des patients.
Avec l’amélioration du pronostic des cancers,
nous devons désormais prendre en compte
les séquelles à long terme des traitements
pour améliorer encore la qualité de vie des patients.

Youlia Kirova, oncologue radiothérapeute à l’Institut Curie

 

Le projet de recherche de Youlia Kirova s'inscrit dans le cadre d'un programme médecin-chercheur.
Ce dispositif, entièrement financé par la générosité du public, permet à des médecins de mener leurs projets de recherche en parallèle de leur activité clinique. Ce programme unique de l’Institut Curie permet chaque année à plus d’une dizaine de médecins de développer leur recherche.

 

Coût annuel du projet : 250 000 €

Modalités IFI 2020
Votre contact
Elsa Oliveira
Chargée des relations grands donateurs et développement international
//
Paris
Elsa Oliveira