Cancer du sein métastatique : L’Institut Curie structure un parcours patientes spécifique, avec le soutien institutionnel de Pfizer

29/06/2021
Partager
L’Institut Curie annonce la mise en place d’un parcours d’annonce et de coordination spécifiquement dédié aux patientes atteintes d’un cancer du sein métastatique : le parcours PACOSME(1). Ce projet d’envergure, démarré au mois de juin 2021 pour une durée de trois ans, sera conduit avec le soutien institutionnel de Pfizer. L’ambition est d’assurer un accompagnement personnalisé et global pour offrir aux patientes une prise en charge optimale tout au long de leur maladie.
Logo Pfizer_IC

En France, chaque année, le cancer du sein touche environ 59 000 femmes. Avec environ 10 000 nouveaux cas par an, le cancer du sein métastatique (ou avancé) est une maladie assez fréquente - qu’il s’agisse d’une forme métastatique d’emblée ou de rechute à plus long terme[2]. Premier centre européen de prise en charge des cancers du sein, l’Institut Curie met continuellement en synergie son expertise clinique pour le traitement du cancer du sein métastatique, avec près d’une vingtaine d’essais thérapeutiques en cours mais aussi avec un parcours intégré de soins de support pour accompagner les patientes (douleur, nutrition, activité physique, maintien de l’emploi, soutien psychologique...).

Comme l’a souligné une récente enquête sur la charge mentale des patientes ayant un cancer du sein métastatique[3], l’annonce constitue pour 65 % des femmes interrogées l’étape la plus douloureuse du parcours. Elles ont également exprimé un besoin d’accompagnement, notamment à travers la mise en place de coaching ou d’ateliers individuels d’éducation thérapeutique (38 %), l’accès à des soins de support en ville (33 %), et un soutien à travers des ateliers en groupe pour partager leur expérience avec d’autres patientes (27 %).

Pour aller encore plus loin dans la prise en charge et répondre davantage aux besoins des patientes, l’Institut Curie, soutenu par le dispositif Carnot, annonce le développement d’un parcours d’annonce et de coordination personnalisé dédié, avec le soutien institutionnel de Pfizer : PACOSME. Celui-ci prévoit la formation et la coordination des différents professionnels de santé impliqués afin d’optimiser la qualité de la prise en charge globale des patientes atteintes de cancer du sein métastatique.

Les trois temps forts du projet PACOSME

Afin de formuler une réponse adéquate aux besoins des patientes en situation métastatique, le projet PACOSME sera structuré autour de trois axes au cours des trois prochaines années :

  • Dès juin 2021 et jusqu’à la fin de l’année, le projet adressera l’identification et l’analyse des besoins des patientes avec le soutien de l’association Patients en réseau, l’identification des attentes des professionnels de santé impliqués et le soutien à la formation du personnel soignant.
  • L’année 2022 sera dédiée à la structuration et à la mise en place du parcours PACOSME.
  • Enfin, l’analyse de l’impact du parcours d’annonce et de coordination auprès des patientes sera menée en 2023.

« Le cancer du sein métastatique est une maladie lourde et chronique. Il est plus que jamais nécessaire d’accompagner les patientes tant sur des aspects thérapeutiques que sur des aspects psychologiques ou sociaux. Ceci a été parfaitement souligné lors du dernier congrès de l’ASCO par des communications exceptionnelles réalisées par des patientes[4]. C’est l’ambition du projet PACOSME qui tend à évaluer, dès les phases initiales de la prise en charge, les besoins de la patiente afin d’assurer son suivi personnalisé et de faciliter son parcours de soins et son orientation vers les structures adaptées. », explique Dr Paul Cottu, chef adjoint du département d’oncologie médicale de l’Institut Curie, à la tête de ce projet mené avec le Dr Pauline Vaflard, oncologue médicale à l’Institut Curie.

« Ce partenariat majeur avec l’Institut Curie s’inscrit dans notre engagement à apporter des avancées qui changent la vie des patients. Il est pour nous essentiel d’associer l’innovation du parcours de soins aux avancées thérapeutiques. C’est en dialoguant, en collaborant entre acteurs de santé : soignants, associations et industries pharmaceutiques et en soutenant des initiatives majeures comme celle portée par l’Institut Curie que collectivement nous pourrons répondre aux besoins spécifiques des femmes ayant un cancer du sein métastatique. » concluent Sandrine Benaroche, directrice du département oncologie et Virginie Bros, directrice des relations scientifiques et partenariats en oncologie de Pfizer France.

Le projet PACOSME est soutenu par Pfizer, acteur majeur en oncologie qui met actuellement à disposition une quinzaine de molécules, notamment dans la prise en charge du cancer du sein métastatique avec des thérapies ciblées orales. Au-delà de ses investissements importants en R&D dans le domaine de l’oncologie, Pfizer accompagne l’évolution du parcours de soins et facilite l’accès aux soins de supports à travers le développement, depuis 2011, de PactOnco pour un accompagnement personnalisé et la création en 2014, en partenariat avec l’AFSOS[5], du site La Vie Autour qui permet de géolocaliser les associations proposant des soins de support à proximité du domicile du patient. Depuis 2015, Pfizer décline une initiative spécifique dédiée à l’accompagnement des femmes ayant un cancer du sein métastatique, Seinchrone, qui développe et met à disposition des solutions pour répondre à leurs besoins et leurs attentes sur le territoire.
 

CONTACTS PRESSE :
> Pfizer :
Céline Perrin - +33 6 38 85 77 71 - celine.perrin@pfizer.com
> Institut Curie : Catherine Goupillon - +33 06 13 91 63 63 - catherine.goupillon-senghor@curie.fr / Elsa Champion - +33 07 64 43 09 28 - elsa.champion@curie.fr

 

(1) PACOSME : Parcours d’annonce et de coordination « sein tastatique »
(2) Source INCa et Santé Publique France.
(3) Enquête réalisée par le Collectif 1310 avec le soutien institutionnel de Pfizer sur la charge mentale des patientes ayant un cancer du sein métastatique et son impact au quotidien, menée en ligne entre le 24 août et le 8 septembre 2020 auprès de 261 femmes atteintes d’un cancer du sein métastatique.  Créé en 2018, le Collectif 1310 réunit Europa Donna, Mon réseau cancer du sein, Life is Rose, Juris Santé, BRCA France, Étincelle, Vivre comme avant. Ce collectif œuvre à une meilleure connaissance des besoins spécifiques des personnes attentes d’un cancer à vie, une adaptation de leur parcours de soins et au maintien de leur place dans la société. Il a permis de lancer la première journée nationale du cancer du sein métastatique le 13 octobre.
(4) Loeser et al, ASCO 2021, abstract 1005
(5) Association Francophone pour les Soins Oncologiques de Support

Télécharger le communiqué de presse