En savoir plus
Manipulation essais cliniques
De nombreux acteurs

Les essais cliniques peuvent être lancés par un laboratoire pharmaceutique, un centre de soins ou une institution de…

Manipulation essais cliniques 2
Une recherche d'excellence

Les objectifs de la recherche clinique en cancérologie "évoluent au fur et à mesure des progrès réalisés", explique la…

Pour aller plus loin
Manipulation essais précoces

Progresser phase après phase

Émilie Gillet
05/02/2021
Partager
Les études cliniques se déroulent en plusieurs étapes. La phase I a pour objectif d’évaluer la tolérance et la toxicité d’une molécule sur un petit nombre de personnes, et de préciser la dose optimale.

En médecine, généralement, cette phase I est réalisée chez des volontaires sains. Mais la cancérologie est une discipline particulière dans laquelle les phases I ont presque toujours lieu avec des malades.

Précise le Dr Jean-Pierre Bleuse, directeur de la recherche clinique, translationnelle et de l’innovation à l’Institut du cancer de Montpellier.

La phase II, qui nécessite la participation de plus de patients, a pour objectif de vérifier l’efficacité et le rapport bénéfice/risque du médicament. Ces phases précoces sont parfois menées au sein d’une seule étude dite de phase I-II. En France, il existe seize centres labellisés de phase précoce (CLIP2), reconnus et soutenus par l’INCa. 

JIC - Graphique

Puis viennent les phases avancées, dont la plus importante, la phase III, qui consiste à recruter plusieurs centaines à plusieurs milliers de malades pour s’assurer de l’efficacité supérieure de la thérapie innovante afin d‘obtenir une autorisation de mise sur marché. Les essais qui donnent les résultats les plus fiables sont menés de façon randomisée et, quand cela est possible, en double aveugle : deux groupes homogènes de patients sont constitués de façon aléatoire (randomisation) pour recevoir soit le médicament soit un placebo ; ni les patients ni les personnels soignants ne savent quel traitement leur est administré (double aveugle).