Actualité - Recherche clinique

De la pertinence des essais cliniques versus placebo et soins de supports seuls : méta-analyse de 128 essais, un retour sur 20 ans d’expérience

Catherine Goupillon Senghor
14/09/2021
Partager
La méta-analyse montre qu’il est toujours pertinent de proposer à des patients de participer à des essais avec un bras de référence sans traitement actif car il s’agit d’une « cartouche » supplémentaire s’ils ont la chance de recevoir le traitement expérimental.
recherche clinique

L’essai randomisé avec tirage au sort est la référence en médecine pour démontrer qu’un traitement est plus efficace que le traitement de référence. Il existe malheureusement des situations en cancérologie où n’y a plus de traitement de référence car les patients ont déjà reçu tous les traitements disponibles. Dans ces cas-là, il est possible d’évaluer le nouveau traitement en le comparant seulement aux soins de support avec parfois l’utilisation d’un placebo, le patient ne sachant pas s’il reçoit le nouveau traitement ou pas. Cette démarche, parfois difficilement acceptée par les patients, représente malgré tout une opportunité de peut-être recevoir un nouveau traitement dont la démonstration de l’efficacité (encore incertaine à ce stade) est l’objet de l’essai en question et de bénéficier de soins particulièrement attentifs apportés par le cadre d’un essai clinique.

 

Christophe Le Tourneau

Le Pr Christophe Le Tourneau, chef du Département d'Essais Cliniques Précoces (D3i) de l'Institut Curie, en collaboration étroite avec le Pr Xavier Paoletti et ses collègues ont décidé de reprendre tous les essais randomisés publiés depuis 20 ans en cancérologie évaluant un nouveau traitement médicamenteux contre le cancer dans lesquels le bras de référence était l’absence de traitement actif (soins palliatifs avec ou sans placebo). L’idée était de quantifier de façon très pure (puisque pas de traitement actif dans le bras de référence) la toxicité des traitements anticancéreux, leur efficacité, et de voir s’il existait une corrélation entre les deux.

 

Cette méta-analyse de 128 essais, unique en son genre, a montré que, globalement les patients qui étaient inclus dans ces essais et randomisés dans le bras expérimental avaient un bénéfice du traitement

explique le Pr Christophe Le Tourneau.

De plus, la toxicité de ces traitements était raisonnable au vu de ce que l’on considère classiquement comme étant acceptable. Enfin, et ce à l’encontre de nombreuses croyances, il n’y avait pas de corrélation entre la toxicité et l’efficacité. En d’autres termes, un patient ne doit pas nécessairement souffrir des effets secondaires d’un traitement pour espérer qu’il soit efficace.

La méta-analyse montre qu’il est toujours pertinent de proposer à des patients de participer à des essais avec un bras de référence sans traitement actif car il s’agit d’une « cartouche » supplémentaire s’ils ont la chance de recevoir le traitement expérimental. Chez ces patients qui ont reçu tous les traitements de référence, il existe aussi la possibilité de participer à des essais cliniques plus précoces de phase 1, mais pour lesquels la probabilité que le traitement soit efficace est souvent plus faible. Toutes ces options thérapeutiques, lorsqu’elles sont disponibles et que l’état général des patients le permet, doivent être discutées de façon éclairée avec les oncologues prenant en charge ces patients.

Références

Risks and benefits of anticancer drugs in advanced cancer patients: A systematic review and meta-analysis

EClinicalMedicine published by The Lancet Available online 4 September 2021, 101130

https://doi.org/10.1016/j.eclinm.2021.101130

 

Pour aller plus loin