Actualité - Paroles d'expert

Au plus près du patient : les consultations infirmières

Nathalie Boissière
22/04/2021
Partager
La Journée internationale des infirmières – et de l’infirmier – du 12 mai 2021 est l’occasion de redécouvrir les missions de ces professionnels au cœur la relation soigné-soignant dans un dispositif des soins associant savoir-faire technique et savoir-être humaniste : la consultation infirmière.
Montage photos IDE

Les consultations infirmières, bien qu’assurées à l’Institut Curie depuis des années, sont parfois méconnues malgré leur implication essentielle dans nos parcours de soins. Rencontre avec six infirmières de l’Ensemble hospitalier.

 

  • Sophie Nivet, Béatrice Cordel et Lawrencia Villain nous font (re)découvrir les missions qu’elles et leurs collègues assurent sur la Plateforme des consultations de Saint-Cloud, sous l’autorité de Christine Mathieu, cadre de santé. 1er rang de gauche à droite S.Nivet et Ch.Mathieu; 2d rang : B.Cordel et L.Villain © DR

Infirmières 1

 

  • Claire Beaujolais, Nathalie Estibal et Fiona Gidel témoignent sur les missions qu’elles et leurs collègues assurent sur la Plateforme des consultations et des pansements, prélèvements et ponctions (PPP) de Paris, sous l’autorité de Sonia Lahlou, cadre de santé. De gauche à droite C.Beaujolais, N.Estibal et F.Gidel © DR

 

Infirmière 2

 

418
infirmier.ère.s diplômé.ée.s d'Etat
111
aides soignant.e.s
191
élèves infirmier.ère.s
  • Tout d’abord, pouvez-vous nous expliquer votre activité liée aux consultations infirmières ?

Fiona Gidel : Nous proposons un accompagnement adapté au patient dans son parcours de soin et intervenons après une consultation médicale au cours de laquelle un diagnostic a été annoncé ou un plan de traitement proposé comme une chirurgie (en sénologie, en gynécologie, ORL, ophtalmologie, digestif, sarcome), ou un traitement médical (chimio-, immuno-, hormono-thérapie ou thérapie ciblée). Ce sont des temps d'échanges dédiés et d'écoute active de la part de l’infirmière, avec une posture adaptée. Il s’agit essentiellement de vérifier ce que les patients ont compris de l’annonce, de répondre à leurs questions en reformulant et vulgarisant les propos. De la réassurance et de l’orientation.

Lawrencia Villain : Lors de ces consultations d’accompagnement après l’annonce de la maladie, avant la première chimiothérapie par exemple, nous reprenons avec le patient le traitement envisagé, ses effets secondaires potentiels et les ordonnances associées, réalisons un bilan de ses besoins (soutien psychologique, aide logistique, accompagnement diététique, entourage familial et amical, exercice professionnel, environnement de vie…) afin de lui donner des conseils adaptés et de l’orienter au mieux vers l’offre en interne (soins de support, Maison des patients…) ou externe (associations, réseaux…).

Claire Beaujolais : En même temps que l’on s’assure de sa compréhension, nous évaluons ses besoins en soins de support pour éventuellement lui proposer de rencontrer l’assistante sociale, la diététicienne, la psychologue, le gériatre, l’addictologue… ou le service d’hospitalisation à domicile Santé Service ou encore la cellule de coordination des parcours patients (C2P2)… L’annonce d’un diagnostic de cancer puis du plan de traitement génèrent un flot de questions alors que le patient est souvent angoissé ou submergé par l’émotion.

Nathalie Estibal : Ce temps d’échange qui dure environ 45 minutes est essentiel à la qualité de la prise en charge du patient. Pour pouvoir faire des consultations d’annonce les nouvelles IDE sont tutorées 3 mois sur toutes les pathologies traitées.

Sophie Nivet : Autre exemple : la consultation après traitement pour un cancer du sein dont le suivi sera délégué à un médecin en ville. Pendant plus de 45 minutes, nous préparons la patiente « à l’après » avec une évaluation de ses ressentis par rapport au parcours de soin, une identification des éventuels problèmes dus au traitement (fatigue, douleur, prise/perte de poids, repousse des cheveux, radiodermite, reprise du travail, problématique familiale, sociale, psychologique…). Nous abordons le traitement anti-hormonal afin qu’elle verbalise d’éventuelles craintes pour une meilleure observance et proposons des pistes pour mieux vivre le traitement au quotidien (réseaux de soins en cancérologie, séjours associatifs, activité physique adaptée…) ou ateliers d’éducation thérapeutique. Les patientes rassurées disent se sentir soutenues.

Béatrice Cordel : Assurer une consultation infirmière implique une grande exigence des soins et du relationnel, qui fait que "prendre soin de" prend ici tout son sens.

  • Quelles sont les nouveautés dans votre pratique infirmière ?

Nathalie Estibal : Nous avons régulièrement des cours faits par les médecins afin de mettre nos connaissances à jour, mais aussi pour nous expliquer les nouveaux protocoles mis en place. C’est un moment d’échange privilégié avec l’équipe médicale.

Fiona Gidel : Nous réinvestissons en permanence nos connaissances, les approfondissons et les partageons. Des sessions de 30 minutes seulement mais… intenses !

Claire Beaujolais : Ce dispositif nous permet d’avoir un discours commun et cohérent. C’est un véritable atout d’avoir d’avoir la possibilité d’échanger entre équipe pluridisciplinaire.

 

Equipe Infirmières de Consultations Paris
Nathalie Estibal, Fiona Gidel, Claire Beaujolais

Photo prise avant le contexte sanitaire Covid-19.

  • Sur quels projets, travaillez-vous ?

Sophie Nivet : Dans le cadre du projet « Expérience Patient », j’ai mené en binôme plusieurs entretiens avec des patients. Leurs verbalisations sur leurs ressentis en lien avec leurs parcours vont nous permettre d’identifier des axes d’amélioration dans leur prise en charge. Cette démarche participative est très enrichissante.

Lawrencia Villain : Depuis 2019, je suis « relais intervention brève en tabaccologie». Nous avons mené des actions de proximité durant le Mois sans tabac. Je compte passer un diplôme universitaire en addictologie ! Belle opportunité d’approfondir mes connaissances et de les mettre au profit du personnel pour un « hôpital sans tabac ».

Béatrice Cordel : Nos futurs nouveaux locaux à Saint-Cloud ! Après les plans, nous travaillons à exprimer nos besoins en équipements spécifiques auprès du pôle biomédical. L’emménagement est prévu pour 2022, c’est demain !

Fiona Gidel : Nous avons travaillé avec les médecins et les assistantes médicales pour mettre en place un « parcours patients » en ORL et ophtalmologie, forts de l’expérience positive en sénologie.

Claire Beaujolais : L’objectif de ces nouveaux parcours est de réduire les délais entre les RDV et les examens sont regroupés au maximum après la consultation médicale tandis que la consultation infirmière reste à distance pour que le patient puisse assimiler l’annonce et se projette. Notre groupe de travail va désormais s’atteler au parcours « digestif ».

Nathalie Estibal : Notre groupe est dédié au parcours « sarcome » qui va permettre d’optimiser la prise en charge du patient.

  • Vous êtes également très impliquées en éducation thérapeutique…

Béatrice Cordel : Tout comme la démarche « Expérience patient », l’éducation thérapeutique du patient (ETP) joue un rôle majeur dans l’amélioration de la prise en charge. Nous sommes désormais nombreux à y prendre part.

Lawrencia Villain : Depuis deux ans, nous participons à la création, la mise en place et l’animation d’ateliers d’ETP à Saint-Cloud.

Sophie Nivet : Dans le cadre de mon diplôme universitaire d’ETP, j’ai animé l’atelier pour les femmes sous traitement anti-hormonal. Les patientes y sont amenées à mettre des mots sur le mot « projet » qui n’a parfois plus de sens pour elles et identifier les obstacles éventuels et des solutions pour le mettre en œuvre.

Nathalie Estibal : Au sein de l’Unité transversale d’éducation pour le patient (Utep), j’assure en collaboration avec le médecin des ateliers en pneumologie en présentiel, malgré la crise de la covid, avec un effectif réduit.

Claire Beaujolais : Pour garder le côté interactif de l’atelier « Bien vivre sous hormonothérapie » en présentiel, nous avons commencé à utiliser des outils numériques. L’éducation thérapeutique est complémentaire de nos consultations et renforce la relation avec le patient, en présentiel comme en visio !

Fiona Gidel : La formation validante de l’éducation thérapeutique apporte un champ supplémentaire pour poser les fondations de la confiance dans la relation soigné-soignant. Un plus pour l’observance, sans aucun doute !

 

L’infirmière de consultations est une accompagnatrice primordiale du patient dès l’annonce de sa maladie. Elle est à ses côtés pendant tout son parcours de soins, puis pendant la délégation de surveillance. Il ne faut pas oublier que les soins en cancérologie, en raison des nombreux progrès réalisés, sont souvent devenus très techniques. C’est pourquoi les infirmières de consultations, au-delà de leurs multiples compétences et de leur professionnalisme que je tiens à saluer, sont un soutien essentiel pour nos patients et contribuent à humaniser les relations que nous avons avec nos patients.

conclut Sylvie ARNAUD, directeur des soins.

 

 

Vous aussi, mettez votre expertise au profit de nos patients et de la lutte contre le cancer en rejoignant nos équipes d'infirmier.ère.s dès maintenant ! Découvrez sans plus attendre nos offres d'emploi.

 

 

A cette prise en charge globale des patients, s’ajoutent pour les professionnelles sur le site de Paris :

  • Les gestes et actes infirmiers et notamment ceux effectués sur l’Unité pansements, prélèvements et ponctions (PPP)
  • La collaboration avec l’Equipe plaies et cicatrisations.

 

A Saint-Cloud, à cette prise en charge multiple des patients, s’ajoutent la pratique de soins infirmiers tels que :

  •  Les soins infirmiers programmés réalisés en autonomie : ablation de Picc, bilan sur Pac, soin de stomie/GPE, retrait d’agrafes…
  • Les pansements programmés réalisés en autonomie : contrôle post opératoire, pansements simple et complexe (sénologie/plasties, ORL, dermatologie, sarcome)
  • Soins externes divers tels que la vérification de la perméabilité du pac et picc, bilan sanguin sur pac ou picc, pose de sonde vésicale, réfection des pansements, ECG, réfection de pansement de plaie tumorale…
  • Surveillances post-opératoires afin de vérifier la bonne cicatrisation, de surveiller et de réajuster les protocoles de pansement mis en place, de prodiguer des conseils.
  • Soins d’urgence post-opératoires, sans rdv, réalisés avec un interne en chirurgie sénologie tels que des infections post-opératoires, des désunions de cicatrice, des ponctions de lymphocèle, des hématomes, des expositions de prothèses…
  • Assistance et aide aux médecins lors de soins techniques tel que les colposcopies, fibroscopies ORL, biopsies cutanées, ponctions de lymphocèles, ablation de gastrostomie percutanée endoscopique (GPE) sous anesthésie (Méopa), gonflage d’expandeur.

 

Découvrir nos infirmières
Pour aller plus loin