Actualité - Innovation

Aglaia Therapeutics devient Ribonexus et signe avec Pierre Fabre un accord de licence exclusif portant sur de petites molécules ciblant la protéine eIF4A, une nouvelle cible en oncologie

18/11/2021
Partager
Ribonexus (anciennement Aglaia Therapeutics), une entreprise de biotechnologie développant de nouveaux traitements capables de contrer la résistance aux thérapies ciblées chez les patients atteints de cancer, et le groupe pharmaceutique français Pierre Fabre annoncent aujourd’hui la signature d’un accord de licence exclusif portant sur une série de petites molécules brevetées par Pierre Fabre qui ciblent le facteur d’initiation eukaryotique de la traduction 4A (eIF4A). Fortement exprimée dans plusieurs cancers solides et hématologiques, notamment le mélanome, cette cible est associée à une résistance à de nombreuses thérapies actuelles.
Ribonexus x Pierre Fabre

Ribonexus (anciennement Aglaia Therapeutics), une entreprise de biotechnologie développant de nouveaux traitements capables de contrer la résistance aux thérapies ciblées chez les patients atteints de cancer, et le groupe pharmaceutique français Pierre Fabre annoncent aujourd’hui la signature d’un accord de licence exclusif portant sur une série de petites molécules brevetées par Pierre Fabre qui ciblent le facteur d’initiation eukaryotique de la traduction 4A (eIF4A). Fortement exprimée dans plusieurs cancers solides et hématologiques, notamment le mélanome, cette cible est associée à une résistance à de nombreuses thérapies actuelles.

Fondée en 2021 par l'Institut Curie, Gustave Roussy et Advent France Biotechnology, la start-up a récemment annoncé une levée de fonds de 4M€ pour le développement de thérapies de nouvelle génération capables de surmonter la résistance des cellules tumorales aux thérapies ciblées. La société est née de l'union de l'expertise scientifique et médicale de ses co-fondateurs, Stéphan Vagner, PhD, responsable de l'unité Intégrité du génome, ARN et cancer (Institut Curie, CNRS, Inserm), et le Professeur Caroline Robert, chef du service de dermatologie et co-directrice avec Stéphan Vagner du groupe de recherche translationnelle sur le mélanome au sein de l'unité Inserm U981 à Gustave Roussy.

 

En contrepartie des droits de licence octroyés à Ribonexus, Pierre Fabre recevra des paiements d’étapes au titre du développement et des ventes, ainsi que des redevances sur les ventes futures. Les modalités financières restent confidentielles.

Afin de faire avancer son programme de développement préclinique, Ribonexus bénéficiera des connaissances et de l’aide de Pierre Fabre sur les aspects pharmacologique et chimique des molécules sous licence.

Les co-fondateurs scientifiques de Ribonexus, le Pr Caroline Robert, chef du service de dermatologie au Cancer Campus de Gustave Roussy, et Stéphan Vagner, directeur de recherche à l’Institut Curie, déclarent :

Bien que les thérapies ciblées améliorent considérablement les chances de guérison des patients atteints de cancer, l’efficacité globale de ces traitements diminue au fil du temps, puisque les patients développent rapidement une résistance à ces derniers. Notre objectif est de proposer les meilleurs médicaments capables de rétablir la sensibilité de ces patients aux thérapies ciblées actuelles.

Nous sommes ravis de conclure un accord de licence avec une jeune entreprise de biotechnologie française dont la direction stratégique repose sur le savoir scientifique solide et reconnu de ses fondateurs. Cette coopération était une évidence pour Pierre Fabre, car nous partageons avec Ribonexus cette même ambition d’apporter aux patients atteints de cancer les meilleurs traitements innovants. Nous nous réjouissons de fournir à Ribonexus nos composés visant la protéine eIF4A, une nouvelle cible dans la lutte contre le cancer et la résistance aux thérapies ciblées.

ajoute Francesco Hofmann, chef de la R&D de Pierre Fabre Medical Care.

L’entreprise de biotechnologie a changé de nom depuis novembre 2021, et s’appelle désormais Ribonexus, pour refléter le rôle central d’eIF4A dans la traduction d'ARNm (acides ribonucléiques messagers) spécifiques, le développement de cancers et la résistance aux thérapies ciblées.

Lire le communiqué de presse
Lire aussi